Schliessen
FAS Romandie, Nostre preoccupazioni,

Visite / assemblée VD

Visite / assemblée VD
Atelier Muma, photo Sarah Nedir

Lausanne a entrepris la révision de son plan général d’affectation et s’est récemment dotée d’une commission consultative d’architecture et d’urbanisme. La FAS a été invitée par le service d'urbanisme de la ville à un cycle de rencontres avec les représentants d'autres associations professionnelles autour des enjeux liés au nouveau PACom et pour avoir un lien direct avec le monde des architectes.

Pour se préparer à ces tables rondes, notre section s'est invitée dans l'atelier de Muma, artiste installé au Vallon, pour l'écouter nous parler de sa fascination pour les entre-deux lausannois en présence de Carole Pont Bourdin et Cédric Bachelard, architectes FAS, membres de la CCUA et de Didier Challand, architecte, enseignant, auteur d’une thèse sur le plot lausannois.

Pour Muma, le paysage n'est pas qu'une toile de fond. C'est un territoire, dont la valeur va bien au-delà des qualités esthétiques qu'on lui reconnait depuis le romantisme. Le territoire est habité, construit, vécu. Il a une histoire et des traditions. Il vit et se modifie. La ville le cadre verticalement entre deux édifices, horizontalement entre un couvert et une esplanade. Le dégagement induit par la topographie lausannoise a fait de ses habitants des usufruitiers de la vue et du paysage. L'architecture compose avec le paysage: altiplano de Rumine, Lausanne Chicago, Belvédère, éléments de béton préfabriqué, voûte de tablier, infrastructure, végétation, chaîne, barrière, frise.

La situation d'amour-haine que Lausanne entretient avec son urbanisme a quelque chose de naturel : Zurich en a marre de ses îlots, Genève de ses barres et Lausanne de ses plots. Mais Lausanne ne se limite pas à une seule forme urbaine et sa qualité se trouve dans la richesse de la variété urbaine qu'elle propose.

La topographie l'a dotée d'un dégagement sur le lac et les Alpes avec lequel elle s'est construite. Tantôt interstice, espace méditatif ou panorama décoratif, l'espace publique lausannois devient un espace de qualité, un "common" dont la valeur est largement partagée. Cette valeur ne doit pas non plus être une règle absolue : que serait l'esplanade de Montbenon si Saint-François n'existait pas ?

Si le modèle de la ville ouverte est fortement sollicité par la pression immobilière, son salut peut venir de la CCUA qui précise que contrairement à ce que l'on croit, les droits à bâtir ne sont pas dus. Une des pistes évoquées concerne la relation que l'on entretient avec le patrimoine; encore basée sur un concept didactique inspiré des années '80, notre regard pourrait s'orienter vers le "Weiterbauen" décomplexé pratiqué en Suisse allemande. Si Lausanne peut aussi réagir par la densification, elle a aussi des alternatives sur son territoire que des villes comme Bâle n'ont pas : Bâle n'a pas de là-bas.

L'assemblée se conclut par un rappel: la CCUA ne fait pas la ville; elle compte sur les architectes pour leur proposer de bons projets. Si jusqu'à peu les permis de construire étaient délivrés par un service de police dirigé par des juristes sur la base d'un projet réglementaire en regard des articles du PGA, le paradigme a changé et c'est le service d'urbanisme dirigé par des architectes et des urbanistes qui délivre des permis sur la base d'un bon projet d'architecture. A cet égard, une maquette de l'ensemble de la ville serait un très bon support de travail pour la CCUA.

OPC note de séance 28.06.2023

OPC conditions de transmission de dossier